Première visite ?

Parce qu’on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve, il vaut mieux tout prévoir

Tous les français trouvent naturel d'assurer leur logement ou leur voiture… Mais certains négligent l'essentiel : leur famille.

Les solutions d'assurance décès GMF présentées sur ce site vous permettent, en contrepartie d'une cotisation,
d'assurer une protection financière à vos proches en cas de disparition.

Fermer

À la une

signature

Comment rédiger son testament ?

Quelle que soit votre situation familiale, la rédaction d’un testament est toujours recommandée. Il permet de préciser ce qui doit être transmis au conjoint, pour le protéger au mieux sans nuire aux intérêts des enfants. Il permet de léguer librement la quotité disponible, c’est-à-dire la part de la succession qui ne revient pas de droit à vos enfants (vivants ou représentés), de répartir les biens entre tous les héritiers, et plus largement de rassembler l’ensemble de vos dernières volontés (voir notre article : dernières volontés : comment préparer sa fin de vie). Plusieurs formes de testament sont reconnues par la loi.

Le testament olographe

Ce testament est le plus simple, car il ne nécessite pas l’intervention d’un notaire. Il doit obligatoirement être rédigé à la main : un document imprimé depuis son ordinateur (ou tapé à la machine) n’a pas de valeur juridique, même s’il est signé. Il faut donc écrire sur papier libre, en débutant par une formule du type « ceci est mon testament ».
Pratique et facilement modifiable, le testament olographe est en revanche peu sûr : il peut être égaré ou détruit, de manière accidentelle comme par malveillance.
Pour éviter un tel accident, le testament olographe peut être laissé en dépôt chez un notaire. Le testateur garde alors simplement chez lui une lettre précisant l’existence du testament et les coordonnées du notaire dépositaire. Avantage : le notaire est tenu d’enregistrer le testament au fichier central des dispositions des dernières volontés, qui est obligatoirement consulté par tout notaire chargé de régler une succession.

Le testament authentique

Ce testament est plus contraignant, mais il est incontestable et offre le maximum de sécurité. L’acte est rédigé par le notaire, qui doit être assisté de deux témoins ou d’un second notaire, afin de garantir que le testateur dispose de toutes ses facultés et n’agit pas sous la contrainte. Le notaire veille à éviter toute formulation ambiguë, de manière à ce que vos dernières volontés ne souffrent aucune contestation.

Le testament international, moins connu, est utile pour une personne vivant à l’étranger ou possédant des biens dans différents pays.

Règles à suivre

Le testament olographe doit être daté, afin d’éviter toute confusion si plusieurs versions sont retrouvées. Il s’agit également de certifier que le testateur disposait de ses facultés mentales au moment de la rédaction de cet écrit. Enfin, il doit être signé de la main du testateur. S’il comporte plusieurs pages, il faut également les numéroter (par exemple 1/2 et 2/2) et les parapher (c’est-à-dire écrire vos initiales en bas de page).
Légataires, et biens légués, doivent être désignés de la façon la plus claire possible.
Enfin, tout testament est révocable ou modifiable jusqu’au décès du testateur, du moins tant qu’il est sain d’esprit et agit en toute indépendance. Il n’est pas nécessaire de le réécrire entièrement : le testateur peut rédiger un complément ou prévoir des modifications sur une nouvelle feuille, un « codicille », qui doit être également daté et signé.