Première visite ?

Parce qu’on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve, il vaut mieux tout prévoir

Tous les français trouvent naturel d'assurer leur logement ou leur voiture… Mais certains négligent l'essentiel : leur famille.

Les solutions d'assurance décès GMF présentées sur ce site vous permettent, en contrepartie d'une cotisation,
d'assurer une protection financière à vos proches en cas de disparition.

Fermer

Bien-être

comment se proteger moustiques

Insecticide, répulsif, moustiquaire… Comment se protéger des moustiques ?

Chaque année, les autorités réitèrent leurs recommandations concernant la protection contre les moustiques. Celles-ci s’adressent en particulier aux voyageurs en raison de risques sanitaires, mais nous pouvons tous en tirer des conseils pratiques pour éviter efficacement de nous faire piquer…

Quel produit anti-moustiques utiliser ?

Le B.A.BA contre les piqures de moustiques est de porter des vêtements légers et couvrants (manches longues, pantalons et chaussures fermées) et d’appliquer sur les parties non couvertes un répulsif cutané. Les produits conseillés par l’Institut de veille sanitaire (InVS) dans ses recommandations 2013 aux voyageurs contiennent, à diverses concentrations, l’une des substances actives suivantes, lesquelles éloignent les insectes sans les tuer. À vous de choisir :

  • DEET (N, N-diéthyl-m-toluamide) : Ultrathon®, Insect Ecran®, Moustidose®, Moustifluid®, Prébutix®.
  • IR3535 (N-acétyl-N-butyl-β-alaninate d’éthyle) : Biovectrol®, Moustifluid®, Moustikologne®, Picsol®, Les botaniques insectes®, Vendome®, Cinq sur Cinq®, Prébutix®, Moustifluid®.
  • KBR3023 (Carboxylate de Sec-butyl 2-(2-hydroxyéthyl) pipéridine-1 / Icaridine) : Centaura®, Insect Ecran®, Moskito Guard®, Moustidose®, Moustikologne®.
  • PMDRBO (mélange de cis- et trans-p-menthane-3,8 diol) : Mousticare®, Biovectrol naturel®.

Crème solaire et répulsif anti-moustiques En cas d’utilisation de crème solaire, l’application de répulsif doit avoir lieu après un délai d’au moins 20 minutes. La crème solaire doit toujours être appliquée avant le répulsif. La durée de la protection varie de 4 à 8 heures selon la nature et la concentration de la substance active ainsi que des conditions d’utilisation (sudation, température et humidité ambiantes…). Attention, tous, notamment les plus concentrés en principe actif, ne sont pas indiqués chez les jeunes enfants, les femmes enceintes ou allaitantes. Demandez conseil à votre pharmacien.

Les autres mesures de protection contre les moustiques

Il faut également savoir qu’à l’intérieur, la climatisation diminue les risques de piqûres et que les insecticides en bombes ou en diffuseurs électriques constituent une mesure d’appoint. Et à l’extérieur et dans les vérandas, les serpentins fumigènes peuvent constituer des répulsifs efficaces. Il existe d’autres solutions et stratégies contre les piqûres de moustiques, mais il faut savoir qu’elles n’ont pas fait la preuve de leur efficacité :

  • Les bracelets anti-insectes.
  • Les huiles essentielles dont la durée d’efficacité est généralement inférieure à 20 minutes.
  • Les appareils sonores à ultrasons, la vitamine B1, l’homéopathie, les raquettes électriques, les rubans, papiers et autocollants gluants sans insecticide.

Attention, ces stratégies n’ayant pas d’efficacité démontrée, elles sont déconseillées aux voyageurs en pays tropical par la Société de médecine des voyages et la Société française de parasitologie, comme cela est clairement indiqué dans les recommandations 2013 de l’Institut de veille sanitaire (InVS) à destination des voyageurs.

Quelle protection contre les moustiques en cas de voyage tropical ?

Se protéger efficacement contre leurs piqûres est indispensable en cas de voyage sous les tropiques. En effet, les moustiques sont les vecteurs de nombreuses maladies parasitaires et virales et les risques liés à ces insectes dépendent du lieu et des conditions de séjour. Outre le port de vêtements couvrants et l’application d’un répulsif sur la peau découverte, les voyageurs sont invités à dormir la nuit sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide si possible et à utiliser des vêtements imprégnés d’insecticide en cas de risques importants.

Quels produits pour imprégner vêtements et moustiquaires ?

Il est possible d’acheter une moustiquaire pré-imprégnée d’insecticide. Sinon, il existe des produits biocides insecticides pour imprégner soi-même vêtements, tissus ou moustiquaires, disponibles en pharmacie ou dans les magasins spécialisés du voyage. Les substances actives sont la deltaméthrine, la perméthrine et la bifenthrine. Pour les très jeunes enfants, une moustiquaire, de préférence imprégnée d’un insecticide de la famille des pyréthrinoïdes, sur les berceaux et les poussettes représente la méthode la plus efficace.

Insectes piqueurs la nuit ou le jour ? Quels sont les risques ?

Les moustiques qui piquent plutôt la nuit :
Les moustiques qui peuvent transmettre le paludisme (genre Anophèles et Culex) piquent plutôt la nuit, du coucher au lever du soleil, mais ce comportement n’est pas toujours aussi strict. Ces mêmes moustiques qui piquent la nuit peuvent aussi transmettre certaines arboviroses comme le virus du Nil occidental, l’encéphalite américaine ou l’encéphalite japonaise, ainsi que des filarioses.

Les moustiques qui piquent plutôt le jour :
Les moustiques qui piquent le jour peuvent transmettre des arboviroses comme la dengue et le chikungunya (genre Aedes) ou des filarioses.

Paludisme : avertissement Aucun moyen préventif n’assure à lui seul une protection totale. Il convient donc d’associer une protection contre les piqûres de moustiques à un traitement médicamenteux préventif (chimioprophylaxie). Et au retour des tropiques, toute fièvre, quels que soient les symptômes associés, doit être considérée a priori comme pouvant être d’origine palustre et nécessite une consultation en urgence.

Sources : Institut de veille sanitaire (InVS), BEH 22-23 2013.

Partager

Imprimer