Première visite ?

Parce qu’on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve, il vaut mieux tout prévoir

Tous les français trouvent naturel d'assurer leur logement ou leur voiture… Mais certains négligent l'essentiel : leur famille.

Les solutions d'assurance décès GMF présentées sur ce site vous permettent, en contrepartie d'une cotisation,
d'assurer une protection financière à vos proches en cas de disparition.

Fermer

Bien-être

balance

Les causes et les risques du surpoids

Pourquoi le surpoids ?

Le surpoids et l’obésité sont le cinquième facteur de risque de décès au niveau mondial. L’OMS estime que dans le monde, plus d’un adulte sur dix est obèse.

Toujours selon l’OMS, la cause fondamentale de l’obésité et du surpoids est un « déséquilibre énergétique entre les calories consommées et dépensées ».

Concernant la France, 15 millions de personnes sont en surpoids, dont 7 millions d’adultes obèses, soit 15% de la population, contre 8% d’obèses en 1997.

Le nombre d’obèses a ainsi quasiment doublé dans notre pays en une quinzaine d’années !

Quels en sont les risques ?

Une étude menée dans chaque pays européen montre qu’une surcharge pondérale favorise la survenue de certaines tumeurs. Les cancers de l’endomètre, du rein et de la vésicule biliaire sont les plus fortement accrus, mais ces conclusions concernent également les cancers de l’œsophage, du côlon, du rectum, du pancréas, du sein après la ménopause, du col de l’utérus et des ovaires.

Selon le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), 1,4% des cancers frappant les hommes et 3,3 % de ceux se développant chez les femmes sont attribuables à un poids excessif.

Aussi, une alimentation trop riche en graisses provoque une augmentation chronique du taux de glucose dans le sang, et peut impliquer également un taux de cholestérol trop élevé. À terme, ces facteurs compliquent la circulation sanguine, et augmentent sérieusement le risque d’accidents ou de maladies cardiovasculaires : hypertension artérielle, insuffisance cardiaque, anévrisme, infarctus du myocarde…

De plus, il existe d’autres problèmes ou pathologies favorisés par un surpoids : diabète, problèmes respiratoires (notamment apnée du sommeil), dérèglement hormonal, maladies de la peau, arthrose (troubles musculo-squelettiques de la colonne vertébrale, des hanches ou des genoux).

Comment l’éviter ?

Grossir n’est pas une fatalité ! Il s’agit du résultat d’erreurs alimentaires accumulées, de la sédentarité, et, pour très peu, de l’hérédité. À cela s’ajoute aussi le fait de manger lentement et pas devant la télé. De plus, la prévention du surpoids commence dès l’enfance.

Équilibrer son alimentation

C’est toujours l’oubli des principes élémentaires de l’équilibre alimentaire, menant à un décalage entre les entrées alimentaires et les dépenses énergétiques, qui est à l’origine du poids en trop. Il ne faut donc pas manger plus que ce que l’on dépense et varier ses repas, de manière à manger tous types d’aliments en proportions raisonnables : fruits, légumes, protéines animales, féculents…

Lutter contre la sédentarité

La lutte contre la sédentarité commence dès l’enfance. Un enfant qui n’est plus systématiquement dans une poussette dès qu’il sait marcher, qui ensuite va à l’école à pied et qui fait du sport régulièrement risque beaucoup moins de grossir.

Pour les adultes, lutter contre la sédentarité est une question de mode de vie : oublier sa voiture le plus souvent possible, se garer loin du bureau, se déplacer à vélo, promener le chien au lieu de regarder la télévision, monter les escaliers plutôt que prendre l’ascenseur ou l’escalator, s’inscrire dans une salle de gym et y aller tous les 2 jours… Par exemple, une heure de marche chaque jour limite considérablement les risques de prise de poids et a un heureux effet sur la constipation, l’excès de cholestérol, l’hypertension…

Manger lentement

Manger lentement, même quand on grignote quelque chose, est un des grands atouts de la prévention du poids. On arrive alors à se sentir de plus en plus rassasié, le cerveau ayant le temps d’accomplir son travail. Quand la satiété est installée, on n’a plus envie de manger quoi que ce soit, même quelque chose de tentant ! Et ainsi on ne mange pas au-delà de ses besoins énergétiques.

Manger sans télévision

Nombreuses sont les études qui relient la prise de poids et les repas pris en regardant la télévision, aussi bien chez les enfants que chez les adultes. L’attention étant retenue par les images, on ne fait pas attention à ce que l’on mange, et encore moins aux sensations de satiété que l’on peut éprouver. Et du coup, on mange plus !

Vous l’aurez compris, le surpoids est un risque important pour la santé, alors qu’il existe des moyens très simples de l’éviter. Cependant, la recherche de la perte de poids à tout prix n’est en aucun cas la solution à privilégier : concernant l’alimentation, les extrêmes sont toujours dangereux ! De plus, sachez que de récentes études* ont prouvé qu’un léger surpoids (IMC entre 25 et 30) diminuait assez significativement (5 à 6%) les risques de mortalité !

* Katherine M. Flegal, « Association of All-Cause Mortality With Overweight and Obesity Using Standard Body Mass Index Categories », JAMA, vol. 309, n°1, 02/01/2013.

Sources
http://www.aujourdhui.com
http://www.e-sante.fr

[imc][taille]

Partager

Imprimer