Première visite ?

Parce qu’on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve, il vaut mieux tout prévoir

Tous les français trouvent naturel d'assurer leur logement ou leur voiture… Mais certains négligent l'essentiel : leur famille.

Les solutions d'assurance décès GMF présentées sur ce site vous permettent, en contrepartie d'une cotisation,
d'assurer une protection financière à vos proches en cas de disparition.

Fermer

Forme / Santé

Les fleurs de deuil : leur signification

Il parait naturel à chacun d’offrir des fleurs lors des obsèques d’une personne.
Oui, mais au fait, pourquoi le fait-on en dehors de la simple habitude ? Quelle est la signification que recouvre l’acte de déposer ou d’offrir des fleurs de funérailles ?

Les fleurs, symboles général d’espoir
Elles s’offrent sous toutes les formes et il en existe bien des variantes commerciales : bouquets de fleurs, couronnes, appliques, pieds de tombe, gerbes de tous les types (coussin, etc), montages… toutes ces formes sont utilisées pour les obsèques et font l’objet d’un large commerce. Un commerce d’autant plus prospère qu’on se sent un peu obligé de les acheter en de telles circonstances.

La signification du geste

Offrir des fleurs c’est donc avant tout, faire un geste pour montrer son attachement et ses sentiments. Les fleurs ont leur langage et on peut en jouer pour exprimer son soutien à la famille et faire passer un message d’amour, d’amitié, de souvenir. Car les fleurs sont associées aux grands événements de notre vie : on en offre à la naissance, lors des mariages, des communions, lors des fêtes et aussi … lors des disparitions et des funérailles.

Lors des funérailles, les plantes évoquent la notion de la vie, de la renaissance voire la Résurection. Si elles sont séchées, elles évoquent que le caractère éphémère de la vie peut être dépassé vers l’immortalité, l’immortalité du souvenir et de l’amour. Dans des circonstances où on ne sait pas toujours quoi dire, les fleurs viennent à notre secours : elles parlent pour nous.

Leur message est tout autant symbolique (le cycle de la vie, la renaissance) qu’affectif (les émotions) et leur présence fait partie de nos traditions.

Quelles fleurs offrir en quelles circonstances ?

Comme souvent, on peut jouer des couleurs, pour accorder à ses sentiments ou à la personnalité du défunt à un choix précis : des couleurs vives pour des souvenirs vivaces ou des sentiments d’amour fort, des couleurs pastels pour des sentiments retenus et discrets. On peut jouer des formes : des formes classiques (bouquets, couronnes) ou bien des formes plus voyantes (montages, gerbes) pour marquer son message.

Au-delà des chrysanthèmes, reines de la Toussaint et nombreuses dans les cimetières, il y a bien des possibilités. Les fleurs les plus utilisées pour un deuil sont les œillets, les roses, les arums, les lys, les germinis. On y ajoute des fougères, des conifères, des mufliers pour faire des ensembles équilibrés.

Les couleurs du deuil
La couleur de prédilection des organismes funéraires est le mauve, qui évoque la sérénité et qui est devenue la couleur de la tristesse et c’est pourquoi c’est la plus utilisée avec le noir. Le noir a longtemps été la couleur obligée de la période dite de « grand deuil » pendant laquelle on s’habillait de noir. Ensuite venait la période du « demi-deuil » où la tradition voulait qu’on soit vêtu de couleur mauve.

La discrétion : l’œillet est une fleur qui vous permet de rendre hommage avec discrétion et respect. Les tons pastels évoquent plutôt des sentiments de tendresse ou de nostalgie. Comme les chrysanthèmes, les oeillets ont l’avantage d’exister de toutes les couleurs et de varier et personnaliser les compositions.

L’autre solution est de privilégier les couleurs vives si vous souhaitez transmettre les moments de bonheur partagés avec le défunt. Il s’agit surtout de choisir ses couleurs en fonction de la personnalité du défunt et de ses goûts. Dans notre tradition, le blanc est une marque de pureté tandis que le rouge est la couleur de la passion et le bleu évoque plutôt le mystère. Le blanc est souvent utilisé quand le défunt est un enfant.

Les roses rouges sont généralement réservées aux proches du défunt du fait qu’elles expriment des sentiments profonds et un amour éternel. Les fleuristes ont l’habitude de plutôt choisir des tons chauds pour un homme, des tons pastel pour une femme.

Pour les amis : Les compositions faites de roses blanches et de lysianthus dans les tons pastel, ou bien une gerbe piquée dans la mousse sous forme de coussin vous permettront par exemple de marquer votre amitié au défunt.

Bouquets ou couronnes ?

La couronne a une symbolique particulière : offerte aux défunts, la couronne évoque leur élection au paradis. La couronne offerte à l’élu a longtemps été un accessoire – païen bien plus que religieux – que le christianisme a incorporé dans sa pratique pour souligner la supériorité de la vie sur la mort. La couronne est la forme la plus utilisée mais c’est la gerbe qui représente le mieux les personnes absentes lors de la cérémonie. C’est pourquoi elle s’accompagne souvent d’un ruban porteur du message de celui qui l’offre à distance. Le devant de tombe est souvent composé de lys, de leucoclendron, ou d’hortensia ; il sera posé sur le monument funéraire. La raquette de décès, généralement composée de roses, de gerberas ou de lys (symbole de pureté), couvre le cercueil pendant la cérémonie. Accompagnée d’un ruban sur lequel les proches peuvent laisser leurs pensées, la raquette de deuil suit le défunt jusqu’au lieu d’enterrement.

Pourquoi jeter une fleur ?

Quand on jette une fleur, un bouquet ou une rose sur le cercueil juste avant l’inhumation, on marque qu’on veut rendre au défunt moins difficile la séparation qui va suivre, on veut garder un lien. Le fait de fleurir la tombe, ensuite, prolonge également l’intention : le lien avec la personne se pérennise.

 

 

D’autres articles pouvant vous intéresser :

Maladie de Parkinson : quelles sont les solutions ?

Organiser sa fin de vie : démarches, dernières volontés, succession

Découvrez notre contrat d’assurance décès Sérénitude

 

Partager

Imprimer