Première visite ?

Parce qu’on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve, il vaut mieux tout prévoir

Tous les français trouvent naturel d'assurer leur logement ou leur voiture… Mais certains négligent l'essentiel : leur famille.

Les solutions d'assurance décès GMF présentées sur ce site vous permettent, en contrepartie d'une cotisation,
d'assurer une protection financière à vos proches en cas de disparition.

Fermer

Nutrition

Intolérance au lactose

Comment vivre l’intolérance au lactose ?

D’où vient l’intolérance au lactose ?

Le lactose est une sorte de sucre que l’on trouve à l’état naturel dans le lait des mammifères (vache, chèvre, etc.) Il est donc présent dans tous les produits laitiers. Pour bien le digérer, notre corps a besoin de la lactase, une enzyme présente dans l’intestin grêle. Mais parfois, la lactase vient à manquer. Le lactose n’est alors pas bien ou pas assez digéré. Différents symptômes peuvent apparaître : ballonnements, flatulences, diarrhées, douleurs abdominales, voire nausées. La carence en lactase peut être génétique et présente dès la naissance (on parle alors d’intolérance au lactose primaire congénitale) ou se manifester plus tard, quand, pour une raison ou une autre, la production de lactase dans l’intestin diminue (intolérance au lactose primaire de l’adulte ou secondaire).

Les populations du sud plus touchées

L’intolérance au lactose est fréquente, pour ne pas dire commune, surtout dans les populations du sud. De 2 à 10% dans le nord de l’Europe, la prévalence passe à 15-20% en Europe centrale et atteint 25% dans les pays méditerranéens. En Espagne, la moitié de la population serait intolérante au lactose ! La prévalence dépasse 65% dans une bonne partie de l’Afrique et en Asie de l’est, seuls 10% de la population tolèrent le lactose…

Que faire en cas d’intolérance au lactose ?

La première chose à faire si vous soupçonnez une intolérance au lactose est de cesser complètement d’en absorber pendant environ 3 semaines. Si les symptômes disparaissent, la cause est entendue. Ensuite, il s’agit de déterminer votre seuil de tolérance. En effet, le degré de sensibilité, les produits et les doses tolérés varient beaucoup d’une personne à l’autre. Réintroduisez progressivement des produits laitiers pauvres en lactose, comme les fromages à pâte dure (emmenthal, cheddar, parmesan, etc.), le bleu, le camembert et la mozzarella. Les yaourts, faibles en lactose et riches en probiotiques, sont généralement mieux tolérés. Absorbez-en des quantités raisonnables: un verre de lait (250 ml), un pot de yaourt (125g) ou 30g de fromage par jour. Si rien ne se passe, tout va bien. Si des symptômes apparaissent, refaites le test une deuxième fois et/ou diminuez la dose.

Supprimer les produits laitiers ? Non !

Dans tous les cas, il est déconseillé de bannir complètement les produits laitiers de votre alimentation. Ces derniers sont en effet les principales sources de calcium, oligo-élément indispensable pour avoir de bons os et prévenir l’ostéoporose. En cas d’intolérance forte au lactose vous pouvez opter pour les nombreux produits laitiers sans lactose disponibles sur le marché, ou pour du lait ou de la crème de soja enrichis en calcium, etc. Il est également conseillé de boire des eaux riches en calcium, c’est-à-dire contenant plus de 150 mg par litre.

Partager

Imprimer